ENTORSE : LA TRAITER PAR LA CHIROPRATIQUE

Avec 5000 à 6000 cas par jour en France, l’entorse est une blessure commune des ligaments. L’entorse de la cheville est la plus répandue. Toutefois, l’elle peut intervenir au niveau d’autres articulations.

Comprendre l’entorse

Une entorse est une blessure des ligaments, intervenant lors d’une torsion brutale d’une articulation. Les ligaments sont les tissus qui relient les os à l’intérieur de l’articulation. La gravité de l’entorse dépend de l’étendue de la blessure, qui peut aller du simple étirement (on parle aussi de foulure) à la déchirure ligamentaire.

L’entorse peut toucher différentes articulations : entorse de la cheville, du pied, du genou, de la hanche, du coude ou encore du poignet.

Les symptômes de l’entorse

Les symptômes varient en fonction de la gravité de l’entorse. La douleur, le gonflement, l’hématome et la perte de mobilité de l’articulation touchée comptent parmi les principaux symptômes. En cas d’entorse sévère, un craquement au niveau de l’articulation est souvent entendu, au moment où intervient la blessure.

Des mesures à prendre après une entorse

Dès que survient le traumatisme et durant quatre jours, il convient de placer l’articulation au repos ; d’apposer de la glace pendant 20 minutes toutes les trois heures ; de compresser l’articulation au moyen d’un bandage ; de surélever l’articulation, s’il s’agit du pied, de la cheville ou du genou.

Chiropratique et entorse

En cas d’entorse, le chiropracteur intervient en termes de traitement et de prévention. Le traitement chiropratique permet de diminuer la douleur et de restaurer la mobilité de l’articulation dont le ligament a été lésé. Dans ce cadre, le chiropracteur pratique des manipulations des articulations et la mobilisation des tissus mous. Il propose des exercices de rééducation. En termes de prévention, le chiropracteur dispense des conseils posturaux et d’hygiène de vie.

En cas de foulures à répétition, le chiropracteur recherchera l’existence de dysfonctionnements musculo-squelettiques susceptibles de générer un problème d’équilibre ou d’appui, à l’origine des foulures.

 

Selon différentes études, dont celle de l’Université de Sydney relative aux traitements scientifiquement évalués des blessures de la cheville, en phase subaigüe, la chiropraxie améliore immédiatement l’amplitude de la dorsiflexion (flexion du pied vers l’avant). Elle améliore également la mobilité fonctionnelle de la cheville plus d’un mois après la blessure.

Laisser un commentaire

9 − huit =